Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

La crue souterraine

La crue souterraine

La crue souterraine est le plus souvent dues à de fortes pluies, par exemple suite à un orage, ou à la fonte des neiges.

Après un orage, son arrivée est le plus souvent rapide et brutale, parfois sous la forme d’une unique vague. Juste avant l’arrivée de l’eau, les signes annonciteurs sont un grondement, un courant d’air ou une sorte de coup de canon.

Lors de la fonte des neiges, le niveau de l’eau augmente et diminue chaque jour, avec souvent un maximum de débit durant l’après-midi et minimum durant la nuit.

La crue est à l’origine d’événements parfois dramatiques, en particuliers dans les puits où l’énergie de l’eau froide vainquera le spéléologue intrépide. La règle pour le spéléologue piégé est d’attendre une baisse des eaux, afin de pouvoir sortir en sécurité. Afin d’éviter un accident, il faut donc tenir compte des précipitations sur toute la durée de la sortie. Ceci est particulièrement important dans les cavités actives, semi-actives et dans les gouffres en présence de puits arrosés.

… Dans le Réseau du Folliu, nous avons eu « la chance » de ramasser… la crue ! Un grondement et 10 secondes après l’eau qui jaillit d’un coup pour arroser copieusement les spéléos. Juste le temps de se mettre à l’abris ! Les parois du gouffre semblent vibrer au passage de l’eau. Impressionnant ! Une bonne piqure de rappel ! …

Folliu Borna, août 2015

Observations avec les SpéléoLoggers

Les SpéléoLoggers sont des dataloggers simples et robustes spécialement adaptés à la mesure de paramètres en spéléologie ou en hydrogéologie (par exemple dans des piézomètres). Il permettent en particulier la mesure de la pression absolue ou différentielle.

Grottes aux Fées (Vallorbe)

Montée des eaux très rapide ! Attention aux crues !
La température de l’eau et de l’air est très stable.

Grotte de Vallorbe (Vallorbe)

Rivière souterraine avec un débit de 2 m3/s (étiage) à 80 m3/s (crues). L’eau provenant en partie de pertes dans le lac Brenet explique les fortes varations de température de l’eau, de 4 à 13 °C. Cette cavité pourrait avoir de l’intérêt pour de l’hydro-électricité, mais comme c’est un géotope d’importance national, c’est très improbable.

Grotte du Poteux (Saillon)

Les crues de printemps y sont réputées. A noter que nous y avons enregistré une crue terrible en été.

Fontannets de la Mothe (Vugelles-La-Mothe)

Cette cavité à été étudiée après notre pompage du Petit Fontanneet la découverte d’une salle noyée en-dessous du niveau de la source et que nous avons pu vider malgré tout.

Source du Torrent (Dombresson)

Des crues de plus de 100 mètres de dénivellation, dans un gouffre qui passe sous la nappe phréatique du Val-de-Ruz.

Mesures en temps réel

Souterrain

Réseau des Fées (Vallorbe) – Mesure à la rivière Lanceleau avec température extérieure et pression atmosphérique

Sources karstiques

Source de l’Orbe (Vallorbe)

Source de la Chaudanne (Rossinière)

Source du Jaun (Jaun)

Source du Doubs (France)

Rivières

Données hydrologiques de l’OFEV

Submit a Comment