Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Spéléologie sous-glaciaire

Spéléologie sous-glaciaire

La très grande majorité des cavités naturelles se développent dans le calcaire. Certaines se développe aussi en particulier dans le gypse, le sel, le marbre, la lave (tubes de lave) et aussi la glace.

Bienvenue dans la glaciospéléologie ! La glace a comme caractéristique tout simplement fondre, plutôt que d’être érodée (action mécanique) ou corrodée (action chimique) comme les cavités karstiques. La glace fond sous l’action de l’eau et des courants d’air. Les sculptures en résultats sont très esthétiques. La glace est aussi transparente, laissant filtrer une surprenante lumière bleutée lorsque la couche de glace est assez mince.

Ces cavités sont accessibles depuis les pertes glaciaires que sont les moulins, des crevasses ou depuis l’exsurgence au front glaciaire. Des cavités intéressantes se trouvent souvent dans les pertes des bédières (torrents en surface du glacier). Souvent, en plus du matériel classique de spéléologie, des piolets, des crampons et des broches à glaces sont nécessaires pour progresser.

A noter que les cavités sous-glaciaires évoluent rapidement. Les mouvements du glacier créer aussi des contraintes dans la glace et le risque d’effondrement incite à la prudence. Les variations du débit d’eau sont aussi très brutales. Les cavités sont en général accessibles uniquement durant la saison froide, coïncidant avec la baisse des débits dans le glacier.

Quelques photographies au glacier d’Arolla (octobre 2018).

Des cavités sous-glaciaires importantes se trouvent par exemple au glacier de Tsanfleuron (trou du Diable), glacier du Gorner à Zermatt, haut et bas glaciers d’Arolla, glacier de la Plaine Morte, glacier de Zinal, glacier de Ferpècle et au glacier de l’Aletsch.

Submit a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.