Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

One Comment

Lampes pour la spéléologie

Lampes pour la spéléologie

Lampe frontale

La lampe frontale se fixe sur le casque. De nos jours, la majorité des spéléos utilisent de l’éclairage électrique avec des leds blanches. Mon article de 2003 sur les lampes frontales dans Spelunca « Les leds blanches : la nouvelle lumière spéléo ? »

Télécharger l’article en pdf

La lampe à accus lithium la plus performante est à mon avis aujourd’hui la Petzl Ultra Vario. Cette lampe est légère, compacte et très robuste. Elle est aussi polyvalente, clipable tout aussi bien sur le casque, sur le vélo ou pour de la randonnée avec son bandeau fonctionnel.

Son éclairage multifaisceaux destine la lampe frontale rechargeable ULTRA VARIO aux activités les plus exigeantes. Elle est idéale lorsque les besoins de lumière et de précision d’éclairage sont indispensables, comme pour la spéléologie ou l’alpinisme. Cette lampe dispose de quatre modes d’éclairage permettant d’adapter l’éclairage à toutes les situations : éclairage d’ambiance, de proximité, de déplacement, ou encore éclairage longue distance.

Spelemat (TechTonique SA) a amené les leds à la spéléologie, en mettant au point et en commercialisant les premiers modules à leds blanches pour la DUO de Petzl. Spelemat a aussi développé quatre génération de lampes performantes, de la lampe usinée à la lampe fonctionnelle dans un boîtier en métal injecté. La LedLampe IV est la lampe frontale fonctionnant à pile la plus robuste et la plus performante. Elle fonctionne aussi avec des accus lithium.

Elle est aussi compatible avec l’éclairage à acétylène (carbure), pour ceux qui aiment la chaleur de sa flamme, son odeur et ses p’tits soucis techniques. 😛

Les Lampes spéléos :

  • Petzl Ultra Vario. A mes yeux la meilleure lampe. Légère et performante. Facile à utiliser et convient aussi pour la montagne avec son bandeau. Signé Petzl !
  • Spelemat LedLampe IV. Robuste ! Fonctionne avec des piles ou des accus lithium.
  • Stenlight. Petit, légère et performante !
  • Littlemonke Rude Nora. Une lampe excellent et étanche pour la plongée ! Je la recommande.
  • E-thin Il Carburo Elettronico. Une lampe ultra-compacte. Impressionnant !
  • Phaethon Caving Light Une lampe polyvalente spéléo/plongée, avec par exemple un support compatible go-pro, étanche à 250 mètres. C’est du costaud et c’est une excellente lampe de plongée spéléo.
  • elspeleo 2000. Une lampe intéressante. Lampe NICHIA GoPro (avec les accessoires comme ccu et chargeur) à Euros 270.-.
  • Pulsar Lamp. Un prix attractif. A tester !
  • Stoots Evo. Une lampe très légère et performante, avec un bon rapport qualité prix. Les cervicales apprécient, le porte monnaie aussi et ça éclaire très bien.Il semblerait qu’elles soient robustes.
  • Scurion. Lourde, mais lumineuse. Version plongée.
  • Naturalshine Caveman 3000. Trop lourde ! Clé nécessaire pour changer l’accu. Peu adaptée à la « vraie spéléo ». Peu/pas fiable selon certaines sources.
  • Il y a aussi d’excellentes lampes frontales qui peuvent être utilisées en spéléo, comme : Petzl Pixa 3, Petzl Nao, Fenix HP25, Mammut X-Shot, Mammut X-Sun, Lupine, Silva Sprint Plus, … Je conseille par exemple la Pixa 3 pour les casques d’initiation (la lampe se clippe sur certains casques Petzl).

Pour acheter une lampe, il faut en premier définir un budget et ensuite choisir la lampe correspondant au mieux à ces besoins. Quelques pistes ! Faut-il pour faire de la spéléo de manière occasionnelle, c’est-à-dire moins d’une fois par mois, une lampe avec un accumulateur propriétaire coûteux (accu lithium en particulier dont la durée de vie est limitée) ? Est-il possible d’acheter une unique lampe pour plusieurs activités (ski de randonnée, course à pied, …). Celui qui travaille en milieu confiné, avec risque d’atmosphère explosive, devra peut-être investir dans une lampe certifiée ATEX.

Lampe de secours

Chaque spéléo doit toujours avoir sur lui une lampe de secours, afin de pouvoir pallier à une éventuelle défaillance de la lampe frontale. Le choix le plus judicieux consiste à porter une lampe frontale autour du cou. La lampe est ainsi facile d’accès et peut au besoin être fixée sur le casque.

Le top du top en matière de lampe de secours sont la Mammut S-Flex et la Petzl Tikka. La Mammut est compacte, ultralégère et suffisamment puissante pour progresser en sécurité. Elle alimentée par une unique pile LR6 (AA), ce qui est parfait.

L’excellente Petzl Tikka, plus lumineuse, fait aussi très bien l’affaire. Elle est alimentée par trois piles LR03 (AAA).

Certains préfèrent par exemple la ZEBRALight (H602w 18650 XM-L2 Flood Headlamp Neutral White)

Lampe torche

Une petite lampe torche est souvent très utile, par exemple en exploration pour guigner dans des fissures ou derrière des étroitures infranchissables. Le casque est souvent trop gros (!). Une petite UK (UK 4AA eLED® Zoom), alimentée avec des piles LR6 (AA) est adéquate, car elle est robuste, étanche et légère.

Se chauffer sous terre

Pour se réchauffer sous terre, la technique consiste à faire la tortue, emballé dans une couverture de survie. En cavité froide, il faut une source de chaleur supplémentaire à celle du corps. Lorsque la lumière du spéléologue provenait de l’acétylène (carbure), cette flamme était utilisée. Aujourd’hui, la solution simple et efficace consiste simplement à utiliser de simples bougies (!). Le plus difficile reste encore de les allumer… Ceux qui n’ont pas peur de prendre feu, glissent une bougie allumée sous la combi. L’air chaud qui glisse dans le cou est un vrai bonheur. 😉

L’éclairage au carbure produit deux sources d’énergie. La première lors de la réaction chimique entre l’eau et le carbure et la deuxième lors de la combustion de l’acétylène. Si l’on étudie la réaction chimique, nous constatons que :

1 Kg de carbure + 500 grammes d’eau -> 300 litres d’acétylène + 1800 KJ

Puis les 300 litres d’acétylène vont brûler en créant de l’énergie, car le pouvoir énergétique de l’acétylène est de 54’000 KJ/m3. Cela nous donne donc 16200 KJ.

Le pouvoir énergétique total est donc de : 1800 + 16200 = 18000 KJ/Kg de carbure.

A noter que seulement 10% de l’énergie est libérée par la calbombe et que la flamme est donc la source principale d’énergie.

Maintenant comparons ce résultat avec la combustion d’une bougie. Le pouvoir énergétique de la bougie (stéarine) est de 34000 KJ/Kg de combustible. Sans tenir compte du poids de la calbombe et de celui de l’eau, la bougie est approximativement deux fois plus efficace que le carbure du point de vue du pouvoir énergétique. Une simple bougie est donc une excellente solution comme source d’énergie pour se chauffer, surtout que sa fiabilité est quasi parfaite si l’on oublie pas les allumettes.

Nous pouvons par contre que déconseiller les petits sachets chauffants utilisés par exemple pour le ski. Leur efficacité est plus que douteuse et leur fiabilité est médiocre. Ils peuvent tout de fois rendre service… Les chaufferettes à charbon sont trop sensibles à l’humidité. Il a été proposé par d’autres spéléo d’utiliser de l’alcool gélifié. Cette solution est aussi excellente du point de vue du pouvoir calorifique. Elle permet aussi de chauffer les soupes, ce qui est agréable…

9.9.2013/MAJ 17.6.2016

Comments

  1. Michael Walz

    Je confirme, Natural Shine n’est pas terrible. Soit disant fait pour la plongée elle a pris l’eau lors la première plongée à -40m.

    Cause probable: un joint en silicone au au lieu d’un joint en nitrile pour économiser 30 ct.

Submit a Comment